Canal Street 6/1/1922

L’histoire d’Osborn

LES DEBUTS

CCA trolleyEn 1887, un ingénieur du nom de John J. Osborn quitte son poste de directeur à la National Carbon Company et achète des machines et des plans de brosses à Mr. L. C. Abraham de Cleveland, Ohio. Au départ, ses principaux produits vont des brosses de cheval et pour billot de boucher aux balais de cantonnier. C’est ainsi que naît la Osborn Manufacturing Company. Trois ans plus tard, F. Wayland Brown reprend l’affaire. En 1892 et alors que Brown envisage vendre la société, il apprend que son ami Franklin G. Smith est intéressé. L’accord conclu, Wayland et son frère Milton possèdent 50% de la Osborn Manufacturing Company. Franklin Smith en possède 48% - qu’il achète avec les $2,100 empruntés à son oncle Henry Sherwin, fondateur de la Sherwin-Williams Company. Henry et un des secrétaires du bureau possèdent les 2% restants.

Franklin G. Smith  Henry Sherwin 

Franklin G. Smith

Henry Sherwin

BROSSES DE CHEVAL ET POUR BILLOT DE BOUCHER

Factory workerQuand Brown reprend l’entreprise, l’effectif est d’environ 10 personnes, administratif, ouvriers brossiers et vendeurs compris. Dans l’intervalle, la société a déménagé au 18 Huron Road, où elle partage le bâtiment avec un blanchisseur et un fabricant de bonbons et de nouilles. La ligne de produit la plus importante et la plus rentable d’Osborn est une gamme de brosses de cheval en fil d’acier fin. Les ouvriers les garnissent toutes à la main avec du fil en bobine coupé à longueur sur une machine à came — la seule machine de l’atelier. Les femmes plient le fil en forme d’épingle et l’entrent en force dans les trous percés dans les corps en bois. A ses débuts, Osborn a aussi dans sa gamme des brosses en acier plat pour les fonderies, des brosses pour billot de boucher, des balais de cantonnier et des balais brosse en acier rond. En 1894, les frères Brown ont besoin de liquidités et décident donc de vendre leurs parts d’Osborn à Franklin Smith. Quand l’affaire est conclue en 1895, Franklin Smith possède 97% de la société. Et jusqu’à sa mort en 1968 – soit un incroyable engagement de 76 ans, il prendra une part active aux affaires d’Osborn.

NOUVEAUX LOCAUX ET EXPANSION

Cleveland plant

En 1902, Osborn déménage sur Hamilton Avenue à Cleveland. Avec 30 m de façade sur l’avenue, le terrain s’étend jusqu’aux lignes de chemin de fer de Pennsylvanie et New York Central. Le bâtiment principal a deux étages avec un bureau au rez-de-chaussée. Il y a aussi un hangar ouvert d’un étage pour le stockage des corps de brosse, des fibres et autres matières. Au cours des 100 ans prochaines années, l’expansion d’Osborn sur Hamilton Avenue atteindra plus de 3.25 hectares. Mais l’augmentation continue de la productivité et de l’évolution de la clientèle conduisent la société à ouvrir une unité de production de brosses à Richmond, Indiana en juillet 2004. Ce nouveau site moderne et performant de plus d’1.5 hectare est idéalement situé pour desservir une clientèle nord-américaine en croissance constante et bénéficie aussi d’un outil de production plus efficace.

CROITRE ET CROITRE ENCORE

Foundry equipmentUne bonne partie de la croissance d’Osborn au cours des années est venue d’acquisitions et de l’expansion de lignes de produits. En 1906, Osborn achète la Rice Manufacturing Company de New Durham, New Hampshire. Elle comporte un atelier de production de brosses métalliques, une menuiserie et une unité d’émaillage. A l’exception de deux lignes de produit, l’ensemble de la production de brosses est transféré à Cleveland. L’usine de New Durham continuera à produire jusqu’en 1916. Au début des années 1900, un entreprenant vendeur de brosses d’Osborn, qui compte un grand nombre de fonderie parmi ses clients, note le travail physique pénible nécessaire à la production des moules en sable. Il invente la première machine à fabriquer des moules qui fonctionne. Et en 1908, Osborn crée sa division Machines qui, au cours des années suivantes, produit des équipements pour la fabrication de moules en sable par soufflage, des systèmes pour le stockage du sable, le conditionnement et la répartition, des systèmes de convoyage pneumatique lourds et des ponts roulants.


Osborn est à la pointe de l’innovation avec le lancement de machines automatiques de fabrication de moules par soufflage, s’établissant comme leader en matière d’équipement de haute qualité pour la fonderie. Osborn finit par être reconnu comme le plus grand fabricant mondial d’équipement pour la fonderie et exporte des machines partout dans le monde, jusqu’en Russie et en Chine. Les machines pour fonderie Osborn sont aussi vendues sous licence en Amérique Latine, en Angleterre et au Japon. A la fin des années 20, Osborn constitue près de Paris, France la Société Anonyme des Machines — Osborn (SAMO), une filiale à 100%, pour produire et vendre en Europe sa gamme standard d’équipement pour fonderie. Au début des années 60, Osborn lance son équipement de fabrication automatique de moules par soufflage sur le marché européen avec SAMO et J.W. Jackman de Manchester, Angleterre. SAMO devient un des leaders européens d’équipement de fonderie de qualité.


En 1984, Osborn cesse la fabrication des meules abrasives et vend sa division meules abrasives à Ramron Inc. – la division Machines d’Osborn -, elle-même vendue en 1986 dans le cadre de la réorganisation Jason Incorporated à Equipment Merchants International, Inc. (EMI) de Cleveland, avec les droits exclusifs de la marque Osborn pour l’équipement de fonderie. Osborn conserve néanmoins les droits de fabrication et commerciaux de la ligne de galets Load Runners® (voir plus loin) La vague d’acquisitions et d’expansion continue. En juillet 1911, Osborn achète - et exploite jusqu’en 1919, l’American Wire Brush Company de New York City. En mars 1912, Osborn acquiert la Colonial Brush & Manufacturing Company de Milwaukee, Wisconsin.  Cette unité continuera à fonctionner jusque début 1916, quand la production est arrêtée et le bâtiment converti en agence commerciale et en entrepôt. Pour faire face à la demande du gouvernement de brosses pour nettoyer les fusils, en 1918 Osborn ouvre une usine à Newark, New Jersey, ainsi qu’une plus petite unité à Cleveland. Ces productions cessent en janvier 1919 avec l’arrêt de la demande. Au printemps 1920, Osborn achète une grande étendue de terrain sur la ligne de chemin de fer Big Four Railway à Grafton, Ohio et y construit une fonderie moderne pour y produire ses propres moulages. Cette affaire est vendue en 1933 à la W.O. Larson Foundry Company.

Saturday Evening Post 1925Les brosses et disques en coton et les pâtes à polir liquides intègrent le portefeuille des produits en janvier 1926 quand Osborn acquiert les actifs de la Do-All Manufacturing Company. Cette société opère comme une filiale d’Osborn jusqu’à l’été 1927. Osborn conserve également une unité de fonderie à façon à Detroit, Michigan qu’elle revend début 1926 à son directeur. Les pinceaux pour peinture et vernis font partie de la gamme Osborn depuis de nombreuses années mais sont fabriqués par une autre société. Et en 1927, l’occasion se présente d’acheter The Rubico Brush Manufacturers, Inc., un fabricant de pinceaux à New York City. Rubico fonctionne comme une filiale jusqu’en 1951, quand Osborn à Cleveland reprend ses actifs, et devient la Rubico Brush Manufacturers Division de The Osborn Manufacturing Company. Rubico est dissoute en août 1970. Une autre nouvelle ligne de produit est intégrée en octobre 1938 quand Osborn achète les actifs de la Johns Conveyor Corporation de Newark, New Jersey dont la licence exclusive de fabrication aux Etats Unis d’un certain type de convoyeur breveté. La première année, la Johns Conveyor se consacre à l’ingénierie et au développement, ainsi qu’à l’installation d’agences commerciales dans 12 villes américaines importantes. Fin 1938, la production de Johns Conveyor déménage à Cleveland. Du fait de la pénurie de tube caoutchouc – un élément essentiel des convoyeurs – cette division cesse son activité pendant la seconde guerre mondiale pour la reprendre à la fin de la guerre et la poursuivre jusqu’au début des années 60.

LA PARTIE MAINTENANCE DEMENAGE

Henderson Kentucky PlantA Cleveland, une croissance et une expansion rapides conduisent, en 1946, à la décision de séparer la maintenance de la production de brosses pour machines. En 1946, Osborn achète un site de près de 2,5 ha à Henderson, Kentucky, choisi pour sa proximité avec le bois nécessaire pour la fabrication des corps de brosses. Un bâtiment de près de 1500 m² y est construit et la production commence au début 1947. L’usine s’étend jusqu’à atteindre 6000 m² mais est fermé en 1992 et la production transférée dans une nouvelle unité à Nogales, Mexico. Le site de Nogales fabrique aujourd’hui les brosses de maintenance Osborn, qui sont ensuite expédiée à Richmond, Indiana, pour distribution.

UNE NOUVELLE LIGNE DE PRODUIT DEMARRE

Load Runner® adRevenons au domaine des machines de fonderie, où les systèmes automatiques de fabrication de moules d’Osborn utilisent des poussoirs de type roulement à aiguille pour déplacer les lourdes poches sur l’étendue des lignes de production. Ils supportent les charges radiales mais ne sont pas très performants pour les charges axiales. Par ailleurs, les joints ne sont pas d’une totale efficacité pour empêcher l’entrée des contaminants et la fuite du lubrifiant. Tout ceci conduit à des défaillances rapides et des temps d’arrêt couteux pour leur remplacement. La R&D Osborn se met au travail au début des années 60 et sort une ligne totalement nouvelle de galets et rails de roulements Load Runners®. Ils intègrent des roulements à billes et à rouleaux coniques, des joints spéciaux et la quantité nécessaire de lubrifiant. Le résultat: les galets et rails de roulement Load Runners® durent plus longtemps que n’importe quoi d’autre dans l’industrie de la fonderie et ils trouvent des applications dans d’autres industries comme la pétrochimie, l’aérospatiale, la construction navale et l’automobile.

 

UNE EXTENSION MONDIALE

La Osborn Manufacturing Company devient rapidement multinationale. Dès 1890, sous la direction de F. Wayland Brown, Osborn a une unité de production de brosses à Bruxelles en Belgique. La Société Anonyme des Machines — Osborn (SAMO) à Paris, mentionnée plus haut, reste une filiale d’Osborn jusqu’au 1er janvier 1986. Le succès de SAMO conduit Osborn à organiser un équivalent pour ses brosses pour machines avec l’acquisition en 1969 de la société allemande Schmitz & Ludwig GmbH. Au départ, les brosses pour machines ainsi que les brosses de maintenance portent le nom de Schmitz & Ludwig. Les premiers résultats étant décevants, Osborn revoit son approche du marché européen en 1972 et crée une filiale à 100% U.S., la Osborn Manufacturing International Company (TOMICO). Cette nouvelle approche permet à TOMICO de profiter de la réputation et de la qualité associés à Osborn. En Octobre 1975, quand Giddings & Lewis achète Osborn, il laisse la propriété de TOMICO à Sherwin-Williams qui la vendra en février 1977 à Dendix Brushes Ltd., un fabricant de brosses britannique.

Dendix fabrique déjà sous licence Osborn depuis 1952, suivant un contrat qui leur permet d’utiliser les brevets, les techniques de fabrication et les machines Osborn. Grâce à un accord spécial pour leur paiement, Osborn détient 18.7% des actions Dendix. Quand Dendix acquiert TOMICO en 1977, elle devient Osborn International (OSBIN), et la part d’Osborn passe à 25%. Ensuite, une société holding du nom de Brushes International est créée au Royaume Uni pour chapeauter Dendix, OSBIN et les autres fabricants de brosses acquis ainsi que la partie Brosses de SAMO. La part d’Osborn dans Brushes International lui est vendue avant la création de Jason Incorporated en 1986; néanmoins, Osborn maintient les accords de licence et des relations de travail avec les sociétés de Brushes International.

En février 1998, Jason Incorporated acquiert le groupe Brushes International Ltd. et commence à consolider toutes les unités sous le seul nom d’Osborn International. En décembre 1999, le groupe acquiert Sinjet Nassjo Borst, s’accroissant d’une nouvelle usine en Suède et d’une filiale, Borstenfabriken Dan A/S, au Danemark. Ces acquisitions étendent les capacités du groupe Osborn à la production de machines pour brosses spéciales et au domaine des brosses de voirie. La même année, Osborn achète 40% de son partenaire roumain et, en 2003, triple la taille de son usine roumaine et déménage la société de Sao Paulo, Brésil sur un nouveau site plus grand, afin de rester en phase avec l’augmentation de ses ventes mondiales. En décembre 2000, le groupe s’étend encore avec l’achat de Maltarp A/S au Danemark et d’Industrial Brushes Ltd. en Angleterre. Ces sociétés sont bientôt consolidées avec les sociétés danoise et galloise. Vient ensuite l’acquisition de Astro Brush SA à Valence, Espagne en janvier 2003, qui permet à Osborn de prendre pied dans ce pays.

2006 voit l’achat de Lippert-Unipol GmbH située à Epfenbach et Haan (en Allemagne). S’apparentant à l’achat de JacksonLea (1979), Lippert-Unipol est spécialisée dans la fabrication d’outils de polissage et de pâtes solides et liquides. Grâce à cette acquisition, la gamme des outils pour la finition des surfaces est nettement élargie sur le continent européen.

De 2010 à 2013 les sites de Roumanie et d’Inde sont modernisés. En 2012, une nouvelle société est fondée à Singapour.

LES PROPRIETAIRES AU FIL DU TEMPS

Franklin G. Smith 1942Pendant les 80 premières années de son existence (1887 — 1967), Osborn est une société totalement indépendante. A partir de 1892, c’est la famille Smith qui dirige la société — d’abord le père, Franklin, puis son fils, Norman. En 1968, plusieurs évènements changent le cours d’Osborn. En mai, Franklin Smith meurt et peu après Norman, qui était président depuis 1951, décide de prendre sa retraite. Le 3 septembre 1968 la Sherwin-Williams Company de Cleveland achète Osborn en tant que filiale à 100%. Bien qu’il s’agisse au départ d’une diversification, Sherwin-Williams connaissait bien Osborn et depuis longtemps, du fait des relations familiales et d’affaires. Plus tard, un changement important dans les objectifs de croissance à long terme de Sherwin-Williams les conduit à se concentrer sur la distribution plutôt que sur la production industrielle. En conséquence, le 8 octobre 1975, Osborn devient une filiale à 100% et plus tard une division de Giddings & Lewis, Inc., un fabricant d’outils pour machines dont le siège est à Fond du Lac, Wisconsin. En juin 1979, Osborn acquiert sa propre filiale la Jackson Buff Company de Conover, Caroline du Nord. Cette société fabrique des disques et brosses à polir ainsi que des pâtes de polissage pour la finition des métaux et l’industrie du meuble. Quand Giddings & Lewis procède à une restructuration en 1982, Jackson Buff devient une division indépendante de G & L. Les holdings de conglomérats de sociétés étaient encore en vogue quand l’une d’entre elles, la AMCA International, acquiert Giddings & Lewis en juillet 1982, et Osborn Manufacturing par la même occasion. Rapidement Osborn et Jackson Buff sont toutes les deux intégrées à la Division Aérospace de AMCA.

ARRIVEE DE JASON INCORPORATED

Jackson LeaEn 1985, AMCA International décide de se séparer de plusieurs sociétés. Parmi elles Osborn Manufacturing, Jackson Buff et Janesville Products, un fabricant de garniture automobile de Norwalk, Ohio. Deux dirigeants entreprenants de AMCA , Vincent Martin, Vice-Président Produits Industriels du groupe AMCA, et Mark Train, Vice-Président exécutif Finance, démissionnent de AMCA et s’associent aux trois présidents de division pour former une nouvelle compagnie et acquérir ces trois sociétés. Cette nouvelle société commence officiellement son activité le 8 novembre 1985 au Delaware sous le nom de Jason Incorporated. Jason achète les actifs d’exploitation d’Osborn, Jackson Buff et Janesville Products avec effet au 1er janvier 1986. Le 16 juin 1987, la cotation en bourse de Jason commence au NASDAQ. En mai 2000, plus de 40 cadres dirigeants de Jason rachètent les actions de la société qui redevient privée.

En 2011, le Dr. Florestan von Boxberg est nommé Président du Jason Finishing Group et le site de Burgwald, Allemagne devient le siège mondial. Ceci met la direction commerciale et industrielle mondiale entre les mains d’une ancienne filiale Osborn, un gage de reconnaissance de ses bons résultats et aussi de confiance mutuelle dans les capacités des uns et des autres.

Depuis la société fait évoluer son image, de celle d’un fabricant de brosses traditionnel à celle d’une société qui se voit comme moteur de l’innovation. Grâce à des investissements importants, deux centres de R&D sont créés, dotés de cellules robotisées spécialement conçues pour tester la qualité et la performance des produits. De plus, la capacité de fabrication interne de l’outil de production est augmentée, permettant à la société de produire elle-même des machines spécialisées pour l’ensemble du groupe. De nouveaux projets pour améliorer l’efficacité énergétique ont été ajoutés à la gamme. Par exemple, des brosses d’étanchéité peuvent permettre aux centrales au charbon de réduire leur coût énergétique interne de 10%, une brosse strip spéciale peut empêcher le gel et le mauvais fonctionnement des aiguillages pendant l’hiver. Les derniers développements concernent le nettoyage des panneaux solaires pour augmenter la production d’énergie.

Autre résultat d’un développement et d’une modernisation constants : Jason Industries, la société mère d’Osborn a commencé à être cotée au NASDAQ à partir du 1er juillet 2014.

Finish FirstLe 1er juin 2015, Osborn a fait l’acquisition de Dronco GmbH (Wunsiedel, Allemagne), l’un des leaders européens pour les abrasifs qui distribue ses produits dans plus de 100 pays de par le monde. L’étendue de la gamme des produits va des disques à tronçonner, ébarber et émeriser aux disques diamant, des abrasifs céramique aux papiers abrasifs, pour les professionnels et les bricoleurs exigeants. Ces produits complètent la gamme d’Osborn et font de la société le fournisseur mondial de solutions complètes pour le traitement mécanique de surfaces, avec des unités de production dans 13 pays, sur 4 continents et des ventes dans 120 pays.